Cuir ou similicuir?

Qu'il s'agisse d'une veste ou d'un pantalon, peu importe l'objet de nos désirs : on se pose toujours la question de la matière. Lequel choisir: cuir naturel ou synthétique, version originale ou imitation? En ce qui concerne le cuir, les avis sont partagés. Du point de vue d'un défenseur des droits des animaux, la question est simple. Il faut tuer des êtres vivants pour avoir du cuir et c'est inacceptable, point. D'un autre côté, le similicuir a toujours eu une mauvaise réputation. Par exemple, on l'accuse de faire transpirer plus rapidement, de paraitre bon marché et d'avoir une durée de vie plus courte que le cuir véritable. Mais est-ce vrai?

À la chasse aux préjugés

Ça serait plutôt le rôle des scientifiques de se pencher sérieusement sur la question. Mais pas besoin d'éprouvettes ou de bec Bunsen pour trouver quelques différences notables entre le cuir véritable et le similicuir qui peuvent être considérées comme des avantages ou des inconvénients. Une connaissance de base de ces deux matières aide déjà énormément. Le débat « cuir véritable ou similicuir » est particulièrement intéressant lorsqu'on parle de leur utilisation comme revêtement de meubles. En effet, une veste en cuir ou une paire de chaussures en cuir véritable constituent déjà un investissement pour plusieurs années, et cela se voit au niveau du prix. Mais finalement, les vêtements sont vite démodés.

Ce qui n'est pas forcément le cas pour les meubles. Le fauteuil Chesterfield, le canapé Bauhaus ou le fauteuil club sont des classiques qui font un tabac dans presque tous les contextes. Au bureau, on retrouve surtout le cuir véritable à l'étage du patron : le siège de direction, les chaises de conférence ou les chaises de bureau High End paraissent tout de suite plus élégants lorsqu'ils ne sont pas simplement recouverts de matière synthétique, capitonnage ou tissus en mailles. Voir même de similicuir. Visuellement, les deux matières sont très difficiles à différencier. Autrefois, lorsqu'on regardait du similicuir à trois mètres de distance, on pouvait voir qu'il était composé d'éléments synthétiques. Depuis, les fabricants de similicuir ont trouvé comment imiter la structure naturelle du cuir véritable. Sur tous les autres points, l'original se différencie de façon évidente de l'imitation.

Examen attentif de la version originale

Le cuir est un produit naturel. Plus précisément, il s'agit de peau d'animaux qui se conserve grâce à un processus chimique. Le cuir provient de la peau d'un animal que l'on a tannée. Au cours du processus, la peau périssable, soumise au processus de décomposition naturel, se transforme en produit durable. Suite au tannage, le cuir dispose d'une face lisse et d'une face brute. Le côté lisse est appelé « côté fleur » et dispose d'une structure fine et unique en surface. L'envers, le « côté chair », dispose d'une surface brute.

C'est uniquement après un traitement ultérieur que le cuir adopte l'aspect que nous lui connaissons lorsqu'il est utilisé pour faire des vêtements, des meubles ou des chaussures. Pour le cuir nubuck, par exemple, le côté fleur du cuir est gratté avec un papier de verre très fin, tandis que pour le daim, le côté chair est brut. Pour obtenir une veste en cuir verni, différentes couches de liants, pigments et additifs sont pulvérisées sur la matière qui est ensuite repassée, polie ou tannée, afin que le revêtement soit bien ancré dans le cuir. Avec ce traitement, le cuir est plus résistant et peut rester mat ou brillant. Pour obtenir du cuir brillant, il faut opter pour un autre traitement : pour obtenir un cuir verni brillant, il faut utiliser du vernis gras, froid ou des films laqués. Comment expliquer que ce produit naturel a toujours autant de succès ? Pour cela, il faut regarder en arrière. En effet, son histoire est étroitement liée avec celle de l'humanité. Avec le bois, la pierre et la laine, il s'agit de l'un des matériaux qui a été le plus rapidement utilisé par les hommes pour fabriquer de nombreuses choses : chaussures, vêtements et armes ainsi que des sacs et des bijoux, sans oublier qu'il sert également de revêtement pour les coffres, cercueils et meubles. Mais aussi régulièrement pour construire des habitations – dont la plus connue est probablement le « tipi », une tente construite à base de cuir de cerf et de bison que les autochtones d'Amérique du Nord pouvaient monter et démonter facilement.

Examen attentif de la copie

En comparaison, le similicuir est beaucoup plus récent. Puisque les coûts de production du cuir sont élevés, des personnes ingénieuses ont cherché rapidement une matière de substitution au cuir véritable. C'est seulement avec les possibilités qu'offre la chimie moderne qu'il est devenu possible de créer un produit qui ressemble au produit naturel tout en étant fondamentalement différent.

Cela s'explique par le fait que le similicuir est constitué d'un support textile, et donc un tissu tissé mécaniquement, et d'une couche supérieure de matière synthétique. Le tissu est composé de fibres naturelles, synthétiques ou parfois d'un mélange des deux. La couche supérieure se compose soit de PVC souple, soit de polyuréthane. Afin que le similicuir ressemble à l'original, la couche supérieure est écumée chimiquement et/ou remuée mécaniquement. Le similicuir n'a pas accompagné les hommes au fil de l'histoire comme le cuir véritable, mais il est présent dans leur vie depuis plusieurs décennies. Toutefois, l'envie de trouver une alternative moins chère existe depuis longtemps, comme le confirme le classique « lexique des produits de Mercks ». Dans la troisième édition de « Nachschlagewerks der Warenkunde für Handel, Industrie und Gewerbe » datant de 1884, on trouve la définition suivante au terme « Substitut du cuir »: « Il s'agit de produits synthétiques supposés remplacer le cuir. Cela fait déjà longtemps que l'on essaie de créer un produit manufacturé qui répond à toutes ces exigences pour remplacer particulièrement certains types de cuir, en vain. »

Cette description peu flatteuse des imitations fait référence aux limites des nouveaux substituts qui sont proposés, qui remplacent le cuir véritable au moins dans certains cas, plus particulièrement en ce qui concerne la résistance à l'eau et aux conditions climatiques, et qui pourraient encore être améliorés.

Standoff: comparaison des deux matières.

On peut affirmer que les deux matières se ressemblent à s'y méprendre visuellement, mais sont des produits fondamentalement différents dans leur contenu. Sur base de leur structure différente, les deux matières réagissent différemment au contact de l'eau, du feu ou face aux interventions mécaniques.

Eau

Tandis que le similicuir peut presque être considéré comme imperméable, grâce principalement à sa couche supérieure en matière synthétique, le cuir véritable laisse quant à lui pénétrer l'humidité à travers ses pores naturels. Bien entendu, il faut atteindre une certaine quantité d'eau pour que celle-ci pénètre dans le cuir, cela dépend de l'intensité avec laquelle le liquide agit sur la matière naturelle.

Intervention mécanique

Selon le procédé de fabrication et la qualité du similicuir, il peut être presque indestructible. Il garde sa forme lors d'interventions mécaniques puissantes et, sauf bien entendu avec l'aide d'objets pointus, ne se transperce pas avec une force normale. Par contre, le cuir véritable perd plus rapidement sa forme, cède sous la pression et se bossèle suite à une usure unilatérale.

Feu

Le similicuir supporte bien la chaleur humaine et les rayons du soleil jusqu'à un certain point, mais est relativement vite inflammable. Il ne résisterait pas à une braise de cigarette et il serait possible de le faire brûler avec un simple briquet. Avec le cuir véritable, même un bec Bunsen atteindrait ses limites : sous les températures les plus élevées, il rougeoie tout au plus, mais malheureusement il dégage une odeur nauséabonde.

Entretien

Les deux matières résistent plus ou moins de la même manière aux taches. Presque tous les saletés et résidus de liquides s'enlèvent avec le produit adéquat, qu'il s'agisse de similicuir ou de cuir véritable. De manière générale, le similicuir est plus facile à entretenir : le cuir véritable a besoin d'être traité avec de l'huile ou de la cire de temps en temps pour éviter qu'il ne perde de sa souplesse.

Confort

Le préjugé le plus répandu concernant le similicuir est qu'il favorise la transpiration. Voici une règle de base : plus le similicuir est bon marché, plus cette affirmation est vraie. C'est le revêtement synthétique qui en est la cause, car lorsqu'il n'y a pas d'eau dans le tissu, l'air ne passe pas. En ce qui concerne le toucher, on a parcouru du chemin. Alors qu'il y a un peu plus de dix ans, on pouvait encore souvent reconnaitre le similicuir au toucher, à présent, l'imitation ressemble à s'y méprendre à l'original.

Évaluation écologique

Il n'y a pas d'étude sérieuse qui peut nous dire quelle matière est meilleure pour l'environnement. Les procédés de fabrication du cuir véritable et du similicuir sont trop différents, même les spécialistes le disent. Pour produire du similicuir, il faut des produits chimiques, de l'eau en quantité et naturellement, le composant principal du plastique : le pétrole brut. Bien que le cuir soit un produit naturel, de nombreuses substances nocives entrent également dans sa fabrication : l'élevage des animaux émet des gaz, la production de nourriture dégage des substances nocives, et de nombreuses substances chimiques entrent dans la préparation du matériau. Il est impossible de définir quel procédé est le plus néfaste pour l'environnement, cela dépend des cas. Malgré cette égalité, le cuir véritable reçoit un point de pénalité, car il exige la mort d'un être vivant.

Prix

Au point de vue du prix, le similicuir est le grand gagnant. Selon la production et la qualité, le prix du similicuir est environ 50 à 70% moins cher que le cuir véritable.

Bilan

Lorsqu'on analyse leurs caractéristiques, il est difficile de croire que le similicuir a toujours une aussi mauvaise réputation : il est moins cher, plus résistant et plus diversifié que le cuir véritable. Le fait que l'on a tendance à transpirer plus avec le similicuir a de l'importance pour les chaussures et les vêtements. Par contre, au niveau des meubles, cela ne devrait pas vous arrêter, car tous les autres points sont clairement des avantages : les chaises s'usent moins rapidement, les canapés sont plus faciles à nettoyer et les chaises de bureau sont élégantes et disponibles dans de nombreux coloris.

Nos meilleures ventes